Coups de cœur,  Ados

Les longueurs

 

Dans ce roman de Claire Castillon, on suit Alice, de ses 8 ans jusqu’à ses 15 ans. On y voit comment George, le meilleur ami de sa mère, s’y prend pour s’intégrer dans cette famille, dont le père est parti pour les Etats-Unis. Des balades, une complicité sans faille et puis le jour où tout bascule. Le jour où Alice perd peu à peu une partie d’elle-même, et où l’emprise prend place tout entier dans son esprit et dans son corps. Une emprise sous forme de « Gouzgouz », ces caresses que lui fait George, alias Modjo comme elle l’appelle, et qui doivent rester secrètes entre deux amoureux. Alors, Alice se dit que ça doit être normal après tout, et puis c’est quand même chouette de partager un secret avec Modjo. 

Peu à peu on assiste aux viols à répétitions que va subir la petite Alice, que ce soit dans sa chambre quand sa mère est endormie ou en train de préparer un gâteau, ou même dans le cagibi de la salle d’escalade. C’est avec une justesse troublante que l’autrice nous emmène au cœur des pensées d’Alice, qui n’arrive pas à se rendre compte de la gravité de la situation. Si terrifiant qu’on en arrive à vouloir intégrer l’histoire et lui dire que non, ce n’est pas normal. Des scènes atroces qui nous font sentir impuissant. 

Des scènes crues, évoquées avec les mots d’une enfant qui ne comprend pas : Claire Castillon signe ici un roman vital et d’une importance capitale. La justesse des mots, des sentiments, tout est là. Un roman douloureux mais qui n’en reste pas moins nécessaire. 

 

Laurine. 

 

Les longueursClaire Castillon – Editions Gallimard Jeunesse. Dès 15 ans.